Faire long pour dire peu.

Voici une histoire probablement véridique qui s’est surement déroulée dans une ville. Notre récit commence donc avec un homme: une personne comme vous et moi (mais sans doute d’avantage comme vous que moi, vu que j’écris d’un air hautain en ne me sentant pas vraiment concerné).

L’homme demeurait dans une maison qui ressemblait un peu à toutes les maisons; quatre murs et un toit, quelques fenêtre, une porte d’entrée, des meubles posés sur le sol et quelques électroménagers.

Devant sa maison passait une rue qui ressemblait aussi un peu à toutes les rues; un trottoir, des bouches dégoût parsemés ici et là, quelques fissures  et une asphalte usée par le passage des automobiles.

Sur la route passait des automobiles. À toute heure du jour, et substantiellement moins la nuit entre 2h54 et 3h02.

Le cartier était bien, tout à la fois joli, mais sans nécessairement avoir l’air d’une perfection botanique. L’été était chaude depuis plusieurs jours, un temps idéal pour en profiter pour faire des choses qu’on aime…

… des choses comme: se plaindre.

– Service de police municipal.
– Oui bonjour, mon nom est Vildaigre St-Amer, j’aimerais faire une plainte.
– D’accord, à quel sujet ?
– Moi la, j’essaie de relaxer tranquillement chez-moi, mais crime-binne, les gens roulent en fou dans ma rue. Et en plus d’être dérangeant, c’est un cartier résidentiel avec des enfants ici, c’est dangereux !
– Parfait, je prend votre plainte en note. Pourriez-vous me dire où vous habitez ?
– Dans ma maison
– Et quelle est l’adresse ?
– 2020 rue du finfin
– D’accord parfait. Alors c’est noté, et nous allons essayer d’augmenter la présence policière dans votre cartier au cours des prochains jours afin d’atténuer le problème.
– Merci
– Bienvenu

Fier, notre gentilhomme va maintenant se coucher, oubliant d’aller acheter des oeufs, qui aurait pus être nécessaires dans le cas où il aurait prévu faire un diner de famille demain.

Au matin, l’homme se réveille vers 7-11 heures. Il se souviens qu’il voulait acheter des oeufs, alors il prend son automobile, une belle Ford focus 1987 avec un pipe tuyau d’échappement chromé. La clé dans le contact, il démarre son automobile; 2 fois, la première n’ayant pas été un exemple de réussite.

Il se rend alors au dépanneur, où il sélectionne avec soin tout les oeufs. Il prend bien le temps d’ouvrir chaque boite devant lui pour vérifier l’état des coquilles, puis lorsqu’il trouve une boite qui semble lui convenir, il la repose et s’étire en se penchant pour aller chercher une boite d’oeuf tout au fond de l’allée, en dessous de toutes les autres:

 » Les plus frais sont toujours ceux du fond. « 

Après avoir renversé une demi-douzaine de boites d’oeufs en rapatriant celle du fond vers lui, il se dirige vers la caisse. Il choisit la caisse régulière; à la caisse rapide, il y aurait 6 personnes devant lui. Ici au moins il n’y en a que 4.

Trois quarts d’heures plus tard, il se remet au volant de son bolide pour le chemin du retour. Le temps est beau, quoi qu’un peu chaud pour son âge. Mais ce n’est pas plus grave, de l’air climatisé et sa grosse couverture de laine l’attendent chez-lui.

Soudain des reflets bleu et rouge illumine son rétroviseur arrière. C’est la police. Alors il s’arrête en bordure du trottoir, une roue dessus. Le policier s’immobilise, puis s’approche de la portière. Vildaigre tourne sa vitre, mais le mécanisme semble coincé. Ah voilà, en tournant de l’autre coté ca fonctionne. La fenêtre descend tranquillement avec des grincements percants.

– Permis et papier ?
– Un instant, dit l’homme en sortant une par une les cartes de son porte-feuilles pour les regarder une bonne seconde devant ses yeux pourtant d’une perfection imperfectible: Voilà !
– Merci. Savez-vous à quelle vitesse vous rouliez ?
– Je ne sais pas, mais je suis dans mon cartier, près de chez moi.
– 82 Km/h
– Mais j’habite juste-ici, ajoute-il en pointant au loin
– C’est 32 Km/h de plus que la limite autorisé
– Mais je reviens seulement du dépanneur, là bas, renchérit-il en pointant sa banquette arrière du revers de la main.
– Vous savez que votre silencieux n’est pas en règle ?
– C’est que je l’ai endommagé quand j’ai installé mon tuyeau d’échappement chromé.
– Vous dépassez de beaucoup la norme sonore permise vous savez.
– Ça ne dérange personne.
– Je n’en serais pas si sure monsieur, nous avons reçus des plaintes à l’effet que certaines personnes roulaient trop rapidement, ainsi que d’autres concernant le bruit émis par certains véhicules circulant sur cette rue.

– Franonymous

Publicités

2 réflexions sur “Faire long pour dire peu.

  1. C’est la plus longue Joke de: « Une fois c’t’un gars » de toute l’histoire de l’humanité.

  2. Tu devrais te trouver un graphiste. Ajouter pleins d’illustration. Envoyer le tout à une compagnie d’édition et créer ta propre ligne de livre pour enfant. Ça serait malade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s