Dossier Virilité : Les Buffets Chinois

par : Jéromanonyme Bérubé

En ce moment, le monde entier a les yeux tournés vers les olympiques.  Des centaines de millions de milliards, de Milliards, de MILLIARDS de pupilles qui scrutent un téléviseur en encourageant des athlètes venus pour remporter la gloire.  Mais dans l’ombre, d’autres athlètes se battent à tous les jours.  Ils repoussent les limites du corps humain. Ils s’affrontent pour l’honneur et pour en avoir pour leur argent.  Ce sont des sportifs du dimanche, jour du restaurant.  Je parle, bien sûr, des adeptes du buffet chinois.

.

Soyons honnêtes.  Quelle est l’unique et seule raison d’être des buffets chinois?  Se nourrir? NON!!! Engloutir…

Oui, le buffet est une échappatoire, une occasion unique pour l’homme de tous les jours de faire ressortir sa masculinité tout en ajoutant des trous à sa ceinture.  Voyez vous, il y a des centaines de millions d’années, à l’aube de l’humanité, les premiers homos sapiens avaient l’opportunité fantastique de démontrer leur valeur jour après jour en tuant des mammouths.  Comme les mammouths sont aujourd’hui disparus, l’alternative est de manger l’équivalent d’un mammouth… en Chow Mein… dans une ligue de buffet.

.

Un peu laineux, mais délicieux!

.

Les ligues de buffet sont apparues spontanément, au cours des années 80.  Elles sont le résultat d’une pensée économique, c’est-à-dire : En avoir pour son argent.  « All you can eat ».  Tout ce que vous pouvez manger.  Ce que les gens virent là dedans, c’est que tu peux manger une petite salade, une soupe et un léger plat de nouille… mais POURQUOI?  Pourquoi manger si peu quand tu peux réellement faire une affaire en or en remplissant ton ventre et ton deal.  De ton côté de la balance tu dois mettre 15$ admettons, mais du leur tu peux, non, tu dois les obliger de mettre au moins 15 livres de crevettes.  Le plus de nourriture tu les oblige à mettre, le plus tu as de poids… et de puissance d’estomac.  Et comme la puissance c’est viril, ça n’a pas pris deux secondes que le côté compétitif est entré là dedans.

.

Il existe deux grandes façons idéologiques d’aborder le buffet.  Le buffet sans pression; où chaque compétiteur essai de se dépasser lui-même pour l’amour du sport, et la ligue de compétition; où deux personnes ou plus, compétitionnent pour la place du plus grand mangeur.

.

Voici les étapes d’une bonne séance de buffet

1. La soupe Won Ton

Le début, et passage obligé de toute séance de buffet, est la soupe Won Ton.  Elle permet de s’ouvrir l’appétit tout en évaluant ses adversaires.  Combien prennent-ils de boulettes?  Mettent-ils des oignons verts et des morceaux de Won Ton frit ?  Boivent-ils le bouillon?   Pour le buffetiste aguerri, tous ces facteurs sont déterminants.

.

2. Le plat principal

C’est là où l’épreuve commence réellement.  C’est aussi l’étape où vous pourrez vous extasier devant la plus merveilleuse caractéristique des buffets: La palette infinie de nuances de beige que toute cette friture procure à l’œil.

Hummmm... Du beige...

En commençant, je vous conseil fortement de passer outre la section salade.  Cette section, en plus de ne contenir absolument rien d’intéressant, à la fâcheuse tendance de faire perdre le compte des assiettes, dû à la capacité de la laitue de prendre beaucoup trop de place par rapport à son volume réel.  En d’autres mots, une très grosse assiette de salade ne vaut habituellement que deux ou trois « egg rolls ».

.

Lors du plat principal, tout peux être consommé.  Outre le bar à salade, il n’y a pas de choix meilleur qu’un autre.  Ce que vous consommerez ne dépendra que de vos goûts et de votre stratégie personnelle.  Vous allez manger, et manger, et manger, et un coup que votre estomac sera rendu tellement distendu que ça va vous faire mal pis que vous trouverez ça pu drôle… le temps sera venu de passer  à la troisième étape.

.

3. Le Dessert

Aucun buffet n’est complet sans la section dessert : Ce joli assortiment de crèmes glacées, de gâteaux, de biscuits chinois, de cubes de Jell-O d’une solidité hors du commun et de tranches de melon d’eau rose pâle.  Au dessert, il est habituellement admit que tous les plats du bar à dessert doivent être au moins goûté.  La quantité minimum admise pour être considérée comme un goûtage, est une bonne cuillerée à soupe.

C’est à cette étape que les hommes se séparent des petits garçons.  En effet, toute la crème et le sucre contenu dans ces desserts agissent comme une équipe de lutteurs sumo qui voudraient entrer dans un wagon de métro déjà plein.  Et sachez qu’il n’y a pas grand-chose qui empêche un sumo de passer.  Ça passe ou ça casse… ou ça se sauve par où ça peut pour ne pas casser…

Démonstration

Une fois cette montagne de crème fouettée consommé, la séance de buffet se termine par le traditionnel cure-dent à la menthe remis avec la facture.  Le cure-dent se consomme entre compétiteur dans un esprit de partage et d’esprit sportif.  Le refuser est une insulte du plus haut niveau.

.

4. Le Gagnant


Dans le cadre d’une ligue de compétition, le gagnant peut être décidé de plusieurs façons.  La façon la plus commune est de compter le nombre d’assiettes.  Cette technique, bien que répandue, n’est pas la plus perfectionnée.  En effet, les assiettes peuvent ne pas avoir contenu la même quantité d’aliments, ce qui a mené, au cours des années, à de nombreuses décisions controversées.  Pour remédier à ce problème, les ligues professionnelles préfèrent s’en remettre à la pesée.

La technique de la pesée consiste à mesurer le volume et le poids du bol alimentaire de chaque participant.  Pour ce faire, les participants vont dans une cabine spéciale et, sous l’œil attentif des officiels, « vomissent » dans un contenant spécialement conçu à cet effet.  Le participant ayant le mieux allié poids et volume est nommé gagnant.

La pesée, bien que récemment introduite dans le monde du buffet, à des racines qui plongent loin dans l’histoire.  En effet, les romains utilisaient déjà cette technique lors de leurs fameuses « orgies romaines », afin de se délester et de continuer la fête.  Les salles utilisées à cet effet étaient nommées « vomitoires ».

En noir, on peut voir les vomitoires ou "vomitoriums" du Colisée de Rome.

De nos jours, l’avantage de cette technique est que plusieurs combats peuvent être faits par un même candidat lors d’une même soirée.


Conclusion

En terminant, je vous demande sincèrement: « Êtes-vous déjà  allé dans un buffet sans ressortir en ambulance? ».  Je suis personnellement fier de dire : « Non. ».  Espérons que les choses restent ainsi encore longtemps.  Bon appétit.

.

– Jéromanonyme Bérubé

.

Conseil de pro : Avant une grosse compétition, le buffetiste averti appelle pour se prendre un rendez-vous à l’hôpital afin d’avoir une bonne place dans la ligne des lavements.  Cela vous fera économiser de longues heures d’attente et vous permettra de passer la soirée en compagnie de votre douce à écouter des films de Steven Seagal.

Publicités

2 réflexions sur “Dossier Virilité : Les Buffets Chinois

  1. « Cela vous fera économiser de longues heures d’attente et vous permettra de passé la soirée en compagnie de votre douce à écouté des films de Steven Seagal. »

    … tout en rotant une haleine de vomi.

  2. Je suis vraiment déçu que tu n’ai pas mentionné la part importante que prend le biscuit avec un proverbe. Je sait que c’est beaucoup de matière, car c’est un sujet de rédaction en soit. Je te propose donc de faire l’anthologie du biscuit chinois et de nous expliquer toutes ses répercutions dans toute ta sagesse.

    Au pire, p-e que monsieur googleonyme peut donner un coup de main? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s