Le drame des ITS

par Jéromanonyme Bérubé

Dans la vie, il faut vraiment bien penser avant de faire certaines choses.  Il faut peser les pours et les contres pour prendre la meilleure décision possible.  En effets certaines décisions peuvent avoir un impact grave et durable dans la vie des gens qui nous entourent.  Par exemple, le jour où les autorités compétentes ont décidé de changer le nom de MTS (Maladies Transmissent Sexuellement) par ITS (Infections Transmisses Sexuellement), je crois qu’ils n’avaient pas pensé à toutes les conséquences que cela impliquait.


Premièrement, pourquoi?  Pourquoi changer un terme que tout le monde reconnaît et comprend par un autre terme nouveau qui risque de causé de la confusion.  La réponse : Pour avoir les mots exacts.

Le site de jeunesse en santé donne propose l’explication suivante :

« ITS vs MTS
Pourquoi on a changé leur nom ? Parce que ce sont bel et bien des infections et non pas des maladies. C’est quoi la différence ? L’infection signifie que tu es porteur d’un microbe mais que tu ne développeras pas nécessairement une maladie. La maladie est la conséquence d’une infection; tu présentes alors des malaises ou des signes physiques d’une infection. »

Voilà qui est clair.  Par contre, cela n’excuse en rien le tord que ce changement a causé à des centaines de personnes.

Un drame tellement triste qu'on en pleurerait du sang.

.

Voyez vous, lorsque qu’un papa et une maman ont un enfant ensemble, ils doivent donner un nom a l’enfant.  Nommer un enfant n’est pas une mince tâche.  Il faut trouver un nom qui est beau, qui vas bien à l’enfant, mais SURTOUT qui ne contiens pas de matériel potentiel à faire rire de lui.  Il faut être alerte.  En effet, quoi de pire que de donner un nom à votre enfant et que ce nom lui permette de devenir automatiquement la risée du village.  Il faut faire attention à tout : La composition, la prononciation, la sonorité, tout.  Il faut que le mot soit blindé contre tout les jeux de mots potentiels, ce qui pourrait détruire sa confiance en soit et mettre en péril son intégration sociale.

.

Maintenant, imaginez que des parents aient passé à travers toutes les étapes pour avoir un nom parfait, par exemple : Isabelle-Tania Samson.

Imaginez que c'est elle.

Pendant toute sa vie, la petite Isabelle-Tania s’est fait dire par les madames, « Honnn, mais t’as ben un beau nom. ».  Un jour par-contre,  le malheur frappe : LES ITS FRAPPENT.

.


Du jour au lendemain, le gouvernement fait un changement radical de MTS à ITS.  Son joli nom d’autrefois devient une raillerie.  Sont statut sociale passe de « assez populaire » à « REJET ».  La jeune Isabelle-Tania ne peux rien pour changer son nom et au bord du désespoir, commet une tentative de suicide.  Malheureusement, la tentative échoue et transforme Isabelle-Tania en légume à cause de la trop grande dose de médicament qu’elle a ingéré.  Isabelle-Tania passe les années suivantes branché sur un respirateur artificiel.  Comme il n’y a pas de place en hôpital, les parents d’Isabelle-Tania doivent la prendre en charge à la maison.  Le travail acharné oblige la mère d’Isabelle-Tania à quitter son emploi et  à dédier tout son temps à sa fille.  Les tensions naissent au sein du couple.  Le père d’Isabelle-Tania en a plein son casque de cette situation invivable et quitte sa femme après une dévastatrice scène de ménage.  La mère tente tant bien que mal de continuer sa vie, mais face aux dettes qui s’accumulent et à l’épuisement infini qu’elle vit, elle ne voit plus de solution autre que de commettre un meurtre par compassion en débranchant sa fille du respirateur.  Après plusieurs minutes d’agonie, Isabelle-Tania quitte ce monde dans les bras de sa mère dévasté…  Imaginez que tout ça était vrai.  Ben ça serait Terrible.

.

Bien sûr, cette histoire précise là n’est pas vraie, mais ce qui est vrai, c’est que du monde ont ces initiales là et ont dû passer par ce terrible changement.  Du vrai monde avec des vrais sentiments.  Du vrai monde qui pourrait vous dire que parfois, certaines choses devraient demeurer inchangés.

.

-Jéromanonyme Bérubé

Publicités

8 réflexions sur “Le drame des ITS

  1. Premièrement, on appelle ça le sophisme de la pente fatale: par exemple, on peut commencer avec le fait suivant, ne pas faire ses initiations au cegep, et que le résultat final soit bien évidemment la mort.

    Deuxièmement, on sait tous que même quand c’était MTS, certains parents n’y pensait pas (J’en connais). Par contre, mes parents ont tout fait pour qu’il n’y ait pas de jeux de mots avec mon nom et jusqu’à présent, ça a marché. J’aimerais que ça demeure comme cela.

  2. Vous vous croyez à l’abrit n’est-ce pas? Et bien détrompez-vous! Sachez que JE, l’expert en jeux de mots qui font réagir les gens environ comme ceci « …Hun?… », peux trouver un jeux de mot hilare avec tout nom suggéré. Allez! N’hésitez pas…..

    …..

    J’attend!…

    J’attend toujours!….

    ….

    Je savais! Personne!!

    …..

    Bon ben si quelqu’un veux me lancer un défi avec ça, libre a vous! Dès que vous « Oserez! » mouhahahahahaha!

    Haha

    Hahaha!

    (Bruit de porte qui se referme!)

    (Bruit qui viens de derrière une porte: Hahahaha!!!)

  3. En France, chaque année, plusieurs milliers d’étudiants passent par des ITS. Ils le font dans un seul but: obtenir une preuve qu’ils sont passé à travers cette étape. Démontrer par un diplôme papier qu’il ont survécu à cette épreuve.

    ITS: Institut de travail social;
    « L’ITS a pour mission d’assurer les formations professionnelles initiales, continue et supérieure des travailleurs sociaux et décerne notamment le diplôme supérieur du travail social. »

    • Ne juge pas ainsi le sort de plusieurs millier de personnes pour qui le quotidien à été unilatéralement chamboulé de façon immédiate et irréversibles.

      Il ne faut pas sous-estimer les nombreuses séquelles sociales qui…

      … hey tu savais qu’avec les lettre de ton prénom on peut faire : « and relaxe » ? Plutôt cool…

    • Il s’agit de Iulia Carstea, elle est roumaine. Pour plus d’informations: http://www.fashionmodeldirectory.com/models/Iulia_Carstea/ Mais si c’est la composition de l’image qui a succité cette réaction, alors sache que le cliché a été pris par le photographe Patric Shaw. Si, par contre, c’est une étrange impression de déjà vu qui t’assaille, c’est probablement parce que tu as lu l’édition de Novembre 2006 de la revue Glamour, dans sa version polonaise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s